Articles

 

Écrit par des hommes, mais le message de Dieu

 

  1   La Bible est un recueil d'écrits qui transmettent à travers le temps, la révélation des desseins du Créateur. Il a commencé à être écrit quinze siècles avant notre ère et a été complété par les disciples de Jésus, arrivant jusqu'à nos jours pratiquement intacts, comme l'ont prouvé les manuscrits qui ont été trouvés à Qumram. Ses auteurs étaient une quarantaine d'hommes qui n'étaient pas différents des autres. L'un d'entre eux, l'apôtre Paul, après avoir guéri un homme né malade qui n'avait jamais pu se tenir debout, dit à ceux qui le croyaient, lui et Barnabas, être des dieux : « ... nous sommes aussi des hommes de votre condition, des prédicateurs de la Bonne Nouvelle ».

(Actes 14 :15)

D'un point de vue humain, tous les auteurs de la Bible n'étaient pas des hommes d'érudition ou aux capacités exceptionnelles, comme le roi Salomon, puisque beaucoup d'entre eux étaient bergers ou pêcheurs. Comment ces hommes, parfois séparés par des centaines d'années, ont-ils pu produire des écrits qui se présentent de manière consécutive et harmonieuse, le déroulement du dessein de Dieu pour l'humanité, la prédiction d'événements historiques ? La réponse est qu'ils ont tous écrit sous l'impulsion de l'esprit de Dieu, comme l'affirme l'apôtre Paul en se référant aux livres de Moïse et des prophètes, que « Toute Écriture est inspirée de Dieu ». (2Timothée 3 :16)

 

2 Nombreuses personnes affirment que la Bible est inspirée, mais quelle est la force de leur conviction ? résisterait-elle à l'épreuve ? Le prophète Jérémie, qui devait transmettre des messages sévères de Dieu à l'Israël apostat, a écrit : « La parole de l'Éternel a été pour moi un opprobre et un reproche chaque jour ». (Jérémie 20 :8)

Sous la pression d'une forte opposition, même de petits doutes concernant l'inspiration des Écritures peuvent miner la confiance et affaiblir l'intégrité des gens. Seule la ferme conviction que les textes bibliques proviennent de l'esprit de Dieu et qu'en respectant ses dispositions nous louons son nom et bénéficions de sa protection peut nous donner l'intégrité nécessaire pour rejeter les expédients et résister aux pressions d'un monde éloigné de lui.

Ceux qui pensent que la Bible peut, en partie, être le résultat des réflexions de ses rédacteurs, souhaitent peut-être avoir une excuse lorsque des difficultés surgissent, pour justifier leur désobéissance à ce qu'elle dit. Mais en agissant ainsi, ils ne s'éloignent pas seulement de l'esprit de Dieu, ils s'éloignent aussi de l'attente d'une vie durable. Par conséquent, comme dit le proverbe, même si cette attitude est du pain pour aujourd'hui, elle est de la faim pour demain.

 

Comment les auteurs de la Bible ont reçu leurs informations

 

 3 L'apôtre Paul a écrit : « Dans le passé, Dieu a parlé aux ancêtres à plusieurs reprises et de diverses manières par les prophètes, mais dans ces derniers temps, il nous a parlé par un fils, qu'il a désigné comme héritier pour toujours de l'univers qui a été créé pour lui ». (Hébreux 1 :1...2)

Parmi les "divers moyens" employés par Dieu pour transmettre ses paroles aux hommes, il y avait la communication directe ou par l'intermédiaire d'anges, comme lorsque Moïse reçut de Dieu les dix commandements sur deux tables de pierre, ou lorsque toutes les lois et dispositions de l'alliance lui furent dictées et qu'il reçut l'ordre de "mettre ces paroles par écrit". (Exode 34 :27) Étienne, un fidèle disciple du Christ qui a défendu la Bonne Nouvelle avec "persuasion et puissance", (Actes 6 :8) affirme que Dieu « a transmis l'alliance de la Loi par l'intermédiaire des anges » (Actes 7 :53) mais aussi les anciens prophètes recevaient d'eux, des messages précis de Dieu à travers des rêves et des visions qu'ils mettaient ensuite par écrit en choisissant les mots et les expressions les plus appropriés pour décrire les choses qu'ils avaient vues et entendues.

 

4 Une grande partie des textes bibliques est constituée de récits historiques, de comptes rendus d'expériences personnelles et familiales, et de généalogies de tribus et de nations ; Comment les auteurs ont-ils obtenu ces informations ? Parfois, ils ont été témoins des événements relatés, mais souvent ils ont obtenu les informations à partir d'autres sources, telles que les récits historiques existants, les généalogies et les personnes qui pouvaient directement ou indirectement fournir des informations fiables. Nous savons qu'Esdras, prêtre et habile copiste, a utilisé une vingtaine de sources documentaires pour compiler ses deux livres de Chroniques, tandis que Luc, médecin et fidèle disciple du Christ, déclare dans son Évangile : « Ayant diligemment enquêté sur tout depuis son origine, j'ai décidé de vous l'écrire de manière ordonnée ». (Luc 1 :3) Cependant, d'autres éléments historiques, tels que ceux contenus dans les livres de Job, et de la Genèse concernant la création, les premiers événements ou faits et conversations dans les cieux et autres, appartiennent à la révélation reçue par Moïse.

 

5 Les livres de la Bible contiennent également une multitude de conseils et de sages paroles, que leurs auteurs ont composés sur la base de leur propre expérience et de celle des autres, ainsi que de l'étude des Écritures alors disponibles.

Il existe plusieurs exemples qui illustrent ce fait ; par exemple, David déclare dans sa conclusion concernant la sollicitude de Yahuh pour ses fidèles : « J'étais jeune et maintenant je suis vieux, mais je n'ai pas vu le juste abandonné, ni ses enfants chercher du pain ». (Psaume 37 :25) Le roi Salomon, fils de David, écrit également : « Moi, le Congrégateur, j'ai régné sur Israël à Jérusalem et j'ai mis mon cœur à chercher et à m'enquérir avec sagesse de tout ce qui a été accompli sous les cieux. Telle est la tâche complexe que Dieu a confiée aux enfants des hommes, afin qu'ils s'y engagent ».  (Ecclésiaste 1 :12) Ce roi sage « donnait de l'intelligence au peuple, méditait, examinait et composait de nombreux proverbes », car il voulait « produire des paroles utiles et une écriture de justice, des paroles de vérité ». (Ecclésiaste 12 :9…10)

 

Le rôle de l'Esprit de Dieu

 

6 Cependant, puisque les livres de la Bible ont nécessité l'intervention et la réflexion de nombreux hommes, les Écritures ne sont-elles qu'en partie la parole de Dieu ? S’affirme en elles que l'esprit de Dieu a stimulé l'esprit de l'auteur, l'incitant à exprimer le message inspiré avec ses propres mots ; les mots étaient donc ceux de l'auteur, mais le message venait de Dieu. Et d'ailleurs, tous les auteurs de ces livres en témoignent ; Par exemple, David, l'auteur de tant de psaumes, a déclaré : « L'Esprit de Yahuh a parlé par moi, il a mis sa parole sur ma langue ». (2Samuel 23 :2)

La "parole" de Dieu sur la langue de David était un message, une révélation de l'esprit, car le terme "parole" fait souvent référence à un message ou à une communication, comme lorsque Dieu dit à Jérémie : « Ma parole n'est-elle pas comme un feu, dit Yahuh, et comme un marteau qui brise le roc ? » (Jérémie 23 :29) Cette "parole" de Dieu était le message dur et implacable que le jeune Jérémie devait transmettre à Israël, mais pas de son plein gré, pas de sa propre volonté mais de la volonté de Dieu. Fatigué de parler sans être écouté alors que les faux prophètes annonçaient au peuple la paix et la prospérité, Jérémie déclare : « Je suis chaque jour la risée de tous, tout le monde se moque de moi parce que chaque fois que je parle, je crie à la violence et j'annonce la destruction, ainsi la parole de Yahuh a été pour moi reproche et sarcasme chaque jour.  J'ai dit : Je ne me souviendrai plus de lui, et je ne parlerai plus en son nom, mais il y a en moi comme un feu dévorant enfermé dans mes os ; je suis brisé, et je ne puis me tenir debout ».  (Jérémie 20 :7…9)

 

7 Au sujet de ces choses, l'apôtre Pierre explique aux disciples du Christ : « Ce n'est pas par des récits inventés que nous vous avons fait connaître l'avènement et les hauts faits de notre Seigneur Jésus-Christ, car nous avons été personnellement témoins oculaires de sa grandeur, lorsqu'il reçut de Dieu le Père l'honneur et la gloire, car la voix lui parvint de la gloire majestueuse, disant : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé, celui que j'ai choisi", et nous qui étions avec lui sur la montagne sainte, nous avons entendu cette voix venant du ciel. Mais nous avons une confirmation encore plus sûre dans la parole prophétique, et vous ferez bien d'y prêter attention, car elle est comme une lampe qui brille dans un endroit sombre jusqu'à ce que le jour se lève et que la lumière brille dans vos cœurs. Mais vous devez d'abord savoir qu'aucune prophétie de l'Écriture ne provient d'une interprétation personnelle, car aucune des prophéties n'est jamais venue par la volonté de l'homme, mais les hommes ont parlé de la part de Dieu, poussés par le Saint-Esprit ». (2Pierre 1 :16...21)

 

8 Il est vrai que, souvent, les manuscrits qui ont fait partie de la Bible ont été écrits des années après les événements décrits, par exemple, les récits du ministère de Jésus. Cependant, l'esprit de Dieu a favorisé l'établissement d'un compte rendu précis, comme en témoignent ces paroles qu'il a adressées à ses disciples : « ... l'aide, l'esprit saint que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit ». (Jean 14 :26)

Par la conduite de son esprit dans le choix des choses à connaître, Yahuh a mis un enseignement fiable à la disposition de ceux qui, à l'avenir, désireraient le servir et rechercher sa vérité ; c'est pourquoi nous pouvons dire, comme l'apôtre Paul, que « tout ce qui a été écrit l'a été pour notre instruction, afin que, par la persévérance et par la consolation que donnent les Écritures, nous ayons l'espérance ». (Romains 15 :4)

Aussi, en parlant des choses qui sont arrivées aux Israélites du temps de Moïse, Paul déclare : « Souvenez-vous, frères, que tous nos ancêtres ont marché sous la nuée et traversé la mer, étant tous baptisés par Moïse, dans la nuée et dans la mer. Ils ont également tous mangé la même nourriture spirituelle et bu la même boisson spirituelle, en buvant au rocher spirituel qui les accompagnait et qui représentait le Christ, mais malgré cela, la plupart d'entre eux n'ont pas plu à Dieu et ont été rejetés dans le désert. Toutes ces choses sont arrivées pour nous servir d'exemple, afin que nous ne désirions pas des choses nuisibles comme elles l'ont fait ... puisque toutes ces choses leur sont arrivées pour servir d'exemple, et qu'elles ont été écrites comme un avertissement pour ceux d'entre nous à qui la fin des temps arrive ».  (1Corinthiens 10 :1…11)

Face aux circonstances qui se sont présentées, les anciens Israélites ont réagi dans leur ensemble, selon leur propre volonté et leurs propres désirs, en ignorant les commandements de Yahvé. Ils étaient le peuple de Dieu, et le fait qu'ils aient cédé à des tentations telles que le murmure, la convoitise, l'idolâtrie et la fornication, ajoute de la force à l'avertissement donné par l'apôtre : « Que celui qui croit être debout prenne garde de ne pas tomber ». (1 Corinthiens 10 :12)

 

Opinions humaines Avec ou sans soutien divin ?

 

9 Dieu a laissé les événements suivre leur cours jusqu'à aujourd'hui et a inspiré ses écrivains à consigner des choses qui pouvaient être utiles à ceux qui voulaient les connaître ; la manière dont ils l'ont fait, a souvent répondu aux objectifs de leurs écrits, en donnant des réponses à certaines questions ou en clarifiant certains points qui pouvaient favoriser des concepts erronés, comme la lettre de l'apôtre Paul à la congrégation de Thessalonique, lorsque certains pensaient à tort que le retour du Christ était sur le point de se produire. C'est pourquoi il peut sembler qu'en certaines occasions, ils aient exprimé leur propre opinion, comme lorsque l'apôtre Paul écrit : 

« En ce qui concerne le reste, moi je dis, pas le Seigneur, et aussi pour ceux qui ne sont pas mariés, je n'ai aucun ordre du Seigneur, et pourtant puisque je suis dans une position, où par la miséricorde du Seigneur je suis considéré comme digne de confiance, je vous donne mon avis…  À mon avis, elle sera plus heureuse si elle reste veuve, et je crois aussi que j'ai l'esprit de Dieu ». (1Corinthiens 7 :12… 25… 40)

Paul a fait ces déclarations parce qu'il ne pouvait pas citer un enseignement spécifique du Seigneur sur les points considérés ; néanmoins, il ne faut pas oublier qu'il écrivait sous la direction de l'esprit de Dieu et que son opinion exprimait ce que l'esprit lui faisait comprendre. Ce fait est confirmé lorsque l'apôtre Pierre approuve les lettres de Paul et écrit : « ...considérez que la longanimité de notre Seigneur est une source de salut, comme vous l'écrit aussi notre cher frère Paul, qui expose ces choses dans toutes ses lettres, selon la sagesse qui lui a été donnée. Cependant, il y a des choses en elles, difficiles à comprendre et dont les ignorants et les incultes déforment le sens, comme ils le font aussi avec reste des Écritures, pour leur propre destruction ».

(2Pierre 3 :15…16)

 

10 Nous savons que tout ce qui est écrit dans le registre canonique de la Bible est, dans l'ensemble, la "parole" ou le message de Dieu, mais considérons par exemple le livre de Job ; une grande partie de son contenu est consacrée aux jugements erronés exprimés par ses trois amis. Les raisonnements qu'ils font montrent une approche erronée de la raison des malheurs qui ont frappé Job, qui ne pouvaient évidemment pas venir de Dieu. Malgré cela, Éliphaz exprime ses conclusions par ces mots : « Dieu ne se fie pas à ses saints serviteurs et ne considère même pas les cieux comme purs ». (Job 15 :15)

Plus tard Yahuh le réprimande, lui et ses compagnons pour leurs fausses accusations, en disant : « Ma colère brûle contre toi et contre tes deux amis, car vous n'avez pas dit de moi ce qui est juste, comme l'a dit mon serviteur Job ».  (Job 42 :7)

On comprend donc que ce que ces hommes ont dit ne pouvait pas venir de l'esprit de Dieu mais de leurs propres pensées ; mais l'auteur du livre de Job a bien écrit ces arguments qui font partie de l'histoire sous la direction de Dieu, car ils nous aident à identifier et à réfuter les théories erronées sur les raisons pour lesquelles Dieu permet les malheurs et le mal. Le livre de Job est dans son ensemble une parole ou un message inspiré, un écrit qui nous fait comprendre combien il est nécessaire de toujours garder à l'esprit le contexte des écritures examinées, en évitant de se laisser guider par la lecture de quelques phrases isolées.

 

Utiliser des hommes pour enregistrer Sa parole révèle la sagesse de Dieu.

 

11 Le fait que Dieu ait employé des hommes pour enregistrer sa "parole" prouve sa sagesse en nous fournissant ce dont nous avons essentiellement besoin. Il aurait pu employer des anges, mais leur "parole" aurait-elle eu la même valeur ? Les anges auraient certainement pu écrire sur les qualités et les desseins magnifiques de Dieu, en exprimant la profondeur de leur propre amour et de leur dévotion pour lui et l'appréciation qu'ils ressentent pour les dons dont ils bénéficient. Mais puisque les Écritures sont destinées aux enfants d'Adam, n'aurait-il pas été difficile pour nous de comprendre un récit exprimé par des créatures spirituelles parfaites dont l'expérience, la connaissance et les sentiments sont supérieurs aux nôtres ? La vie n'aurait pas pu être décrite dans sa dimension humaine telle que nous la connaissons. Le fait que Yahuh ait transmis ses messages par l'intermédiaire d'autres hommes leur assure la chaleur et l'attrait que la touche humaine peut leur conférer.

Ainsi, la Bible nous fournit des illustrations de la vie réelle présentées d'un point de vue humain. Elle nous parle de personnes qui, bien que connaissant la loi de Dieu, ont succombé à leurs propres faiblesses, se rendant coupables de graves transgressions ; elle transmet leurs paroles de tristesse et de repentir, leurs sentiments et leurs réactions, nous montrant, nous aussi, la miséricorde qui leur a été témoignée.

 

12 Le roi David s'était révélé être un homme intègre envers Yahuh, d'une foi exceptionnelle, mais, par le biais de diverses circonstances, il fut victime d'un mauvais désir : attirance pour la femme d'Urie le Hittite, laissant sa passion grandir au point de l'emmener chez lui alors que son mari était à la guerre ; puis Bethsabée tomba enceinte et la punition prévue par la Loi pour l'adultère signifiait la mort pour tous les deux. David s'empresse de ramener Urie du front pour avoir des relations avec sa femme, mais Urie, par solidarité avec ses camarades qui souffrent de la guerre, n'entre même pas dans la maison. Effrayé, David désespère, ne voit qu'un seul moyen d'éviter que Bethsabée et lui-même ne soient démasqués et exécutés. Urie lui-même porta au commandant de l'armée un message du roi, lui ordonnant d'occuper le poste le plus périlleux dans la bataille, et après sa mort au combat, David prit sa veuve pour épouse.

(2 Samuel 11 :2, 27).

Le prophète Nathan lui fit comprendre par une parabole l'ampleur du péché qu'il avait commis et lui demanda : « Pourquoi as-tu méprisé la parole de Yahuh et fait ce qui est mauvais à ses yeux ? (2Samuel 12 :9) David était blessé dans son cœur et éprouvait une profonde tristesse à cause de son péché, et il reconnaissait au prophète : « J'ai péché contre Yahuh » (2Samuel 12 :13) Devant le repentir sincère de David, Yahuh ne l'a pas rejeté comme son serviteur et ne l'a pas mis à mort immédiatement, mais il ne l'a pas épargné du châtiment. (2Samuel 12 :11…16) Et David déclare avec gratitude dans l'un de ses psaumes : « ...toi, Yahuh, tu es un Dieu gracieux et miséricordieux, lent à la colère, et riche en amour et en vérité ». (Psaume 86 :15)

 

13 D'autre part, on nous parle des habitants de Jérusalem à l'époque de Jérémie ; un peuple infidèle qui ne voulait pas écouter les avertissements répétés de son Dieu, persistant avec défi dans ses pratiques contre la Loi. Après de multiples avertissements et remontrances, le moment est venu pour Yahuh de retirer sa protection, les laissant à la merci de leurs ennemis et leur permettant de subir une terrible défaite devant l'armée babylonienne. Puis il a également refusé d'écouter leur appel à l'aide désespéré, voyant que même alors ils ne s'étaient pas repentis de leurs actes. C'est pourquoi le prophète écrit : « Nous nous sommes rebellés et nous avons été déloyaux. Tu ne nous as pas pardonné ; tu as tourné ta colère contre nous et tu nous as persécutés, nous massacrant sans pitié ». (Lamentations 3 :42...44)

Ces épisodes de la vie réelle, et les nombreux autres racontés dans les Écritures, illustrent la manière dont Dieu traite les hommes, c'est-à-dire la manière dont il nous traitera. Quelle que soit la gravité de la transgression commise par ses enfants humains, affaiblis par l'imperfection héréditaire, s'ils la reconnaissent devant lui et se repentent sincèrement, il les entend, s'approche à nouveau d'eux et pardonne leurs erreurs ; mais ceux qui, orgueilleux, ne les reconnaissent pas et ne se repentent pas, ne pourront éviter un jugement défavorable.

 

14 Les choses qui ont été écrites dans la Bible, mettent en lumière ce qui est caché dans le cœur de ceux qui les lisent, c'est pourquoi Paul dit que « ... la Parole de Dieu est puissante, plus tranchante qu'une épée à deux tranchants, elle perce jusqu'à la séparation de l'âme et du souffle de vie, et des articulations et des ligaments, et elle découvre les raisons et les motifs du cœur ». (Hébreux 4 :12)

Ceux qui souhaitent trouver dans ces récits de prétendues erreurs ou contradictions peuvent le faire, car tous les détails et circonstances justifiant les faits n'y sont pas présentés, et il est souvent fait référence à des raisonnements, des paroles ou des actions, sans exprimer directement d'approbation ou de désapprobation.

Celui qui le veut peut donc remettre en cause la justice et la miséricorde de Dieu, même si pour ce faire, il doit volontairement ignorer tous les fondements de l'Écriture. Ces possibilités sont également en harmonie avec la volonté de Dieu, d'avoir comme serviteurs ceux qui l'aiment vraiment et approfondissent leur connaissance de sa parole, recherchant la vérité, tout en reconnaissant justement ses œuvres merveilleuses et ses desseins en faveur de l'homme. L'Écriture dit : « Celui qui n'aime pas ne peut pas non plus connaître Dieu, car Dieu est amour ». (1 Jean 4 :8)

Et ceci est la vérité, car nous savons que : « Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle. Jean 3 :16 "Ce n'est donc pas nous qui avons aimé Dieu, mais c'est lui qui nous a aimés, nous montrant son amour en envoyant son Fils comme sacrifice expiatoire pour nos péchés ». (1Jean 4 :10)

 

15 Lorsque le récit nous présente un spectacle d'une grande dureté, rappelons-nous tout d'abord, comme le dit Paul, que Dieu « désire que tous les hommes soient sauvés », (1Timothée 2,4) et que la terre devienne pour eux un paradis. Isaïe a écrit environ sept cents ans avant la naissance de Jésus : « Yahuh dit : Regarde ! Je vais créer de nouveaux cieux et une nouvelle terre ; on ne parlera plus des anciens, on ne s'en souviendra plus, et ceux que je créerai apporteront à jamais la joie et l'allégresse, car je ferai de Jérusalem une "Réjouissance" et de son peuple une "Joie" ; je me réjouirai de Jérusalem et je me réjouirai de mon peuple, et on n'y entendra ni pleurs ni lamentations. (Isaïe 65 :17...19) En ce jour-là, les hommes « ...bâtiront des maisons et les habiteront ; ils planteront des vignes et en mangeront le fruit. Ils ne bâtiront pas et un autre n'habitera pas, ils ne planteront pas et un autre ne mangera pas ; car les jours des arbres seront les jours de Mon peuple, et Mes élus perpétueront l'œuvre de leurs mains ... et il arrivera qu'avant qu'ils demandent, Je leur répondrai, et pendant qu'ils parlent, Je les aurai entendus ». (Esaïe 65 :21...24)

Nous ne pouvons pas connaître tous les détails et les raisons des actions de Dieu, mais nous savons que l'injustice du monde est due à la méchanceté des hommes et nous devons avoir la foi que la seule vraie justice est la sienne, et pour cette raison nous avons confiance en elle, comprenant qu'elle est le seul espoir qui existe pour l'humanité.

 

16 Il est cependant normal que la Bible contienne des contradictions apparentes et de légères différences dans les récits de son ministère terrestre, puisque les évangiles ont été écrits par quatre hommes. Nous connaissons la profession de trois d'entre eux : l'un était médecin, un autre collecteur d'impôts et le troisième pêcheur.

De Marc, nous savons peu de choses, seulement qu'il était un disciple et un neveu de Barnabé, et qu'il est supposé avoir écrit l'évangile de l'apôtre Pierre. Dieu ne leur a pas dicté exactement les choses qu'ils devaient choisir et écrire, mais les a seulement guidés par son esprit, pour certifier la fidélité de leur compte rendu, mais chacun a écrit les choses telles qu'il s'en souvenait ou telles qu'elles lui avaient été expliquées par des témoins oculaires. Ils auraient pu écrire bien d'autres choses, car comme le dit l'apôtre Jean : « Jésus fit encore beaucoup d'autres signes miraculeux en présence de ses disciples, qui ne sont pas rapportés dans ce livre ». (Jean 20 :30) Et il confirme : « Il y a aussi beaucoup d'autres choses que Jésus a faites. S'ils étaient écrits un par un, je ne pense pas que le monde entier suffirait à contenir les livres écrits ». (Jean 21 :25)

La vérité est que les récits évangéliques, bien que condensés, non seulement ne se contredisent pas, mais se complètent nous aidant à avoir une vision plus large des événements. Et d'autre part, les variations que l'on peut trouver constituent une preuve supplémentaire de leur authenticité, démontrant qu'il n'y a pas eu de conspiration entre les auteurs pour déformer les faits. Ainsi, une évaluation équitable des quatre versions nous montre que « ils ont été écrits afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom ». (Jean 20 :31)

 

Le message de Dieu a-t-il été fidèlement transmis ?

 

17 Les manuscrits originaux des quatre évangiles ne sont pas parvenus jusqu'à nous, même s’il y a quelques années, on a annoncé la découverte d'un petit fragment de l'évangile de Marc daté par les papyrologues, du premier siècle. De toute façon, les manuscrits originaux ont péri depuis longtemps, probablement détériorés par l'usage ou les effets du temps. Comment être sûr, dès lors, après tant de siècles, que les Évangiles n'ont pas été altérés ? En effet, il y a dans les versions qui nous sont parvenues, quelques interpolations, même très anciennes, faites par les copistes et destinées à soutenir les nouvelles doctrines adoptées par l'église, cependant, ont été facilement identifiées par les chercheurs, en contraste avec le contexte et surtout avec l'enseignement apostolique.

En outre, la Bible elle-même attire l'attention sur la qualité durable de la "parole" de Dieu.

Dans Esaïe 40 :8, nous lisons : « L'herbe se fane et la fleur se flétrit, mais la parole de notre Dieu subsiste à jamais », et pour que cette parole soit appliquée, elle doit rester libre de toute altération. Mais y a-t-il des preuves que la "parole" de Dieu est restée digne de confiance ? Certainement !

De nombreux copistes, ou amanuenses des Écritures hébraïques, comptaient non seulement le nombre de mots, mais aussi le nombre de lettres qu'ils copiaient.

Dès qu'ils trouvaient la moindre erreur, par exemple une seule lettre mal orthographiée, ils coupaient toute la section et la remplaçaient par une nouvelle section. Les copistes avaient l'habitude de lire à haute voix chaque mot avant de l'écrire, et c'était considéré comme un péché grave que d'écrire ne serait-ce qu'un seul mot de mémoire. Même les copistes des Évangiles et des écrits apostoliques ont fait un travail méticuleux, même si beaucoup d'entre eux n'étaient pas des professionnels. Grâce à cela, ils ont fait très peu d'erreurs de traduction, qui n'affectent pas vraiment le message qu'ils transmettent.

 

18 Des études comparatives de milliers de manuscrits bibliques anciens, dont certains datent d'environ 2 000 ans, révèlent que les textes ont été transmis avec exactitude. En ce qui concerne le texte des Écritures hébraïques, le Dr W. H. Green, dans "General Introduction to the Old Testament, the Text", écrit : « On peut dire sans risque de se tromper qu'aucune autre œuvre de l'antiquité n'a été transmise avec autant de précision ». Le célèbre érudit, Sir Frederic Kenyon, a déclaré dans l'introduction de son commentaire sur les papyrus de la Bible de Chester Beatty : « Le premier et le plus important résultat à tirer de leur examen (les papyrus) est la conclusion satisfaisante qu'ils confirment la solidité essentielle des textes existants. Aucune variation frappante ou fondamentale n'apparaît dans l'Ancien ou le Nouveau Testament. Il n'y a pas d'omissions ou d'ajouts majeurs de passages, ni de variations affectant des faits ou des doctrines essentiels. Les variations dans le texte touchent des points mineurs, tels que l'ordre des mots ou les mots exacts utilisés ... ... Mais son importance essentielle est qu'elle confirme, par des preuves d'une date antérieure à celle qui était disponible jusqu'à présent, l'intégrité de nos textes existants ». Et il commente également dans son livre La Bible et l'archéologie, « L'intervalle entre la date de leur composition originale et les preuves les plus anciennes devient donc si petit qu'il est en fait insignifiant, et le dernier élément qui permettait de douter que les Écritures nous soient parvenues substantiellement telles qu'elles ont été écrites est maintenant supprimé. L'authenticité et l'intégrité générale des livres du Nouveau Testament peuvent être considérées comme définitivement établies ».

 

19 La parole transmise par Dieu aux hommes sous la conduite de son esprit est ainsi parvenue jusqu'à nous de manière fiable, et sa protection n'a pas été inutile, car son intégrité permet à son message de procurer à ceux qui l'acceptent comme venant de Dieu, à tout moment la même émotion profonde que les anciens fidèles ont ressentie lorsque les prophètes et les disciples de Jésus l'ont mis par écrit. Ainsi, ces paroles que l'apôtre Paul a adressées aux disciples de Thessalonique peuvent aussi s'appliquer à ses disciples d'aujourd'hui : « Nous rendons toujours grâce à Dieu, parce que sa parole, que vous avez entendue par nous, vous ne l'avez pas reçue comme une parole d'hommes, mais comme ce qu'elle est réellement, la parole de Dieu, qui est maintenant à l'œuvre en vous qui avez la foi ». (1Thessaloniciens 2 :13)